11/12/2011

Une fête cache le malaise...

Dans chaque fête l'enthousiasme et l'allégrese transcende les quidams sur le lieu où elle se passe...

Son écho est même perceptible par le son, qui s'invite dans la salle du conseil de la ville de Genève en séance, en passent à travers la retransmission direct de la télé régionale.

Une double piste sonique perpétue l'écho des cliques, accompagnant l'orateur, qui a déjà beaucoup de mal à ce faire entendre, vu la rigueur du débat concernent le budget annuel et la discorde verbale que cela engendre.

IMG_0130.jpg

Cette fête est l'occasion de transformer la Genève éstudiantine, en des beuveries irréfléchies. Car déjà au aurore du vendredi, les mains occupées de flacons soporifique l'égal, l'alcool, est très visible pour les gens ce rendent au travail, évitent les insécurités provoquée par ces piétons sur route.

Cette drogue l'égal, l'alcool, vendu entre deux piles de journaux. Donne aux files des heures, aux individus, l'occasion de ce délivrer de leur timide comportement quotidien et de leur conformisme scolaire. Voilà une occasion de s'adonner, dans l'anonymat du masque, à la dépradation sur tous véhicules croisé...avec de la Mousse à raser, un moindre mal...

 

Le produit les rendent euphorique, à tel point, qu'ils en subissent des effets secondaires et tiercières, douloureux. Voir dramatique...

Reste encore à savoir, si le souvenir de leur perfide randonnée festive, leur restera en mémoire... Car le pire dans l'alcool c'est la formation de trou de mémoire après les effets, l'oublie systématique...

Le malaise existe sous la fête, ces genres de comportements en est la preuve...

Ils ont besoin de cela une fois l'an la belle escalade du délire collectif...

Ph.M.B.

 

Les commentaires sont fermés.