02/01/2010

A L’intersyndicale un ZERO

40 Personnes pour bloquer un site international. Il n’en fallait pas plus le 2 janvier 2010 à l’aéroport de Genève. Emmené par quelques rond de cuire des syndicats du bout du lac, les bagagistes et c’est leur droit, ont manifesté et clamé leur revendication salariale.

En bloquent le transit du plus gros jour de l’année !?

Cette lutte,  à mis en péril des centaines de chauffeurs professionnels dans leur activité de conduite, et, de temps de repos.

Ces même chauffeurs soumis à des réglementations, des lois sur la circulation routière de transport de personnes.  Ils n’on pas été respecté par les grévistes.

Non seulement une mise en danger de la sécurité routière, ainsi que des contraintes pour tous aux  services d'assistance, et à l'accueil des passagers au sol.

Mais aussi la perte financière pour les entreprises « Grande ou petite », travaillant en cette période de transits pour tout l’arc des alpes et du Jura…

Le mouvement de l’intersyndicale à que trop bien mesuré ce jour là, ces problèmes de recrutement (cotisation: égale vache à lait), ce n’est qu’une action égoïste. Elle aurait pu être faite en semaine,

Une heure et demi (minimum et selon les avions) d’attente pour les bagages de gens pris en otages…et venent du monde entier…Honteux...

L’intersyndicale de Genève à misé sur de mauvais dirigeants ou initiateurs…

Déjà nul dans l’organisation d’un service de sécurité (anti -casseurs) lors de la dernière manif à Genève…Ceux-ci étaient juste devant eux…véridique !!!

Mais là ZERO, Messieurs…Vous avez été vu et aimé !!!… Oh ! oui !!!

Comme si l’image de notre nation n’avait pas été assez salie…en 2009.

 

Philémon Bissig 02.01.2010

Commentaires

Pour le respect de l'histoire, je réinscris ici l'intervention d'Albert Anor :

ZERO EST ARRIVÉ





Monsieur,



Lorsqu'on court le risque d'exprimer une "opinion" publiquement, on prend la peine de se renseigner ou du moins de donner des informations exactes.

Pour avoir été présent durant cette première grève à l'aéroport, je peux compléter, ici, quelque peu vos affirmations à l'emporte-pièce qui ne sont somme toute que l'expression, hélas assez courante, de la haine contre l'une des composantes de la démocratie, à savoir : le droit de s'organiser en syndicats pour défendre des intérêts distincts de ceux qui exploitent les salariés.



Tout d'abord, en ce qui concerne LES revendications: l'aspect salarial n'en est qu'un, la revendication principale était de NEGOCIER sur un cahier de revendications assez étoffé, je vous renvoie à un communiqué de l'ATS: "Cette proposition comprend une hausse des salaires, une revalorisation du travail nocturne et un engagement à négocier une CCT. Les employés de Swissport demandent eux une amélioration de leurs conditions de travail lors du renouvellement de leur CCT." et au site du SSP : http://www.sspta.ch/documents/accueil.php



Mais le plus grave dans cette affaire est la complicité honteuse et anti-démocratique entre les représentants de l'Etat (en la personne de M. François Longchamp -président du CE et du conseil d'administration de l'Aéroport- !!!!) et les entreprises privés qui sévissent à l'aéroport. Le Conseil d’Etat (avec ses composantes partisanes) qui prône un désengagement toujours plus grand vis à vis de l’aéroport (entreprise autonome) tout en prétendant qu’il n’y a pas de privatisation ! (Voir la nouvelle loi sur la gouvernance des entreprises autonomes).

Allez discuter un peu avec les ouvriers pour avoir un petit aperçu du degré de mépris et d'exploitation qui règne dans la "Genève internationale"! Renseignez-vous sur le rôle de "jaune", à savoir casseur de grèves de Adecco, entreprise de travail temporaire qui soustraite la main d'oeuvre bon marché, en esclavagiste des temps modernes, pour pallier aux insuffisances des entreprises en place...mises en concurrence par l’État lui-même !

On pourrait ainsi continuer longtemps, et en vain, dès lors que l'on ne veut rien voir ni rien entendre d'autre que la propagande facile et anti-syndicale qui fustige ceux qui osent « ébranler » le bon ordre des choses.

Vive la mondialisation, à quand les prochaines lamentations et pleurs de crocodiles ? Lorsque un nouvel accident d’aviation mettra à nouveau en lumière les véritables causes des disfonctionnements dans ce secteur largement déréglementé ! (Allez voir le dernier film de Michaël Moore pour découvrir les conditions d’exploitation des pilotes de l’aviation civile, entre autres civilités du capitalisme naturel…)

Mais en attendant lisez l'ATS qui informe même de manière succinte (ATS que d'aucuns rêvent de voir disparaître...) "Les syndicats avaient pris plusieurs initiatives avant de lancer le mouvement de grève, selon le SSP. Ils ont déposé une pétition à l'Office cantonal de l'inspection du travail et ont envoyé un courrier un ministre de l'emploi et président du conseil d'administration de l'AIG. Ces initiatives étant restées sans réponse, les syndicats ont durci le ton.



Ils demandent que toutes les entreprises aéroportuaires soient soumises à une même convention collective de travail. Les syndicats en veulent à la direction de l'AIG, qui selon eux, met sur pied une concurrence exacerbée entre les entreprises aéroportuaires pour casser les prix sur le dos du personnel."



Pour conclure, provisoirement, à propos de la "sécurité", pourquoi n'écrivez-vous pas à la direction de l'aéroport pour dénoncer l'utilisation abusive des POMPIERS comme main-d'oeuvre chargée de remplacer des grévistes !!!! ???



À votre disposition pour d'amples informations, pour l’instant votre copie vaut zéro pointé !

Renseignez-vous avant de déranger…





Albert Ano

Écrit par : yves scheller | 06/01/2010

D'abord je pense être très bien renseigné étant sur le terrain...

j'ai écrit que c'était un droit de revendication mais pas ce jour là..

M. Arno et Scheller nous gardons vos nom pour les collègues amendé pour: amplitude dépassé, ainsi que les amandes de parcages. Des amandes d'excès de vitesses.
Vous en voulez encore Messieurs...
Car les passagers... C'est pas que les bagages qui parlent, mais des gens outrés , fatiguée...et sur un lieu de vacance de rêve tout devient difficile, vos gens sont pas en contact avec ces vacanciers et c'est bien dans les véhicules professionnel qu'éclate la colère sur tout les collègues au sol et au volant.

Notre CCT vos là votre non...merci aux pompiers d'avoir libéré l'attente

Alors grève oui mais pas le 2 du nouvel an...

Écrit par : philemon | 06/01/2010

Les commentaires sont fermés.