12/09/2009

Nous... les nains politique

Il étais une fois un petit nain, tellement petit que même le chat lui arriva  à la taille...

Mais... il était très très intéligent et bon, comme la nature  de son existence,  plein de malice.et un infini bon aloi...Il cultive naturellement dans son jardin d'éden: la Vérité, l'Amour , la Sagesse, la Vertu, et l'équité...toute sous culture de la haute école vie...

Il resta nain et pauvre du crapaud, beau naturellement, il vivra aimé part de belle dame, mais ne goûtera aucune chair...occupera aucune chair pastoral, car lui c'est dans sont jardin que l'on apprend les matières méthaphysique, dans un silence bienfaiteur et coloré...

Quand le roi un géant, si grand que même la plus haute montagne lui arrive aux hanches... Un roi avare, cupide, las de ca vie de patachon, affaiblit et épuisé par ses mensonges, ses fêtes orgiaque. Voyant ses oies s'entassé dans ses prisons. Car un peuple oprimé, surtaxé et ne pouvant payé trop de dime, enfermé dans des goulagues systèmique, selon la loi du roi.

Par peur  d'être seul,  il alla voir le nain...dans son jardin...

- Dit moi nabot que dois je chaussé comme sabots pour damné le pion à mes vassaux...qui ne paie pas la dime...

- Taille les dans le roseau, mâche la plante, coule là à ton pied et tu sera chaussé...à l'impossible nul n'es tenu

- Manant !!! s'écrie le roi…que m’invente tu là…

-Mais non! mon roi. Comprend par là que tes prisons regorge d’oiseau rare, qui ton fait prosperer. Les roseaux de tes cages ... broilles les.

Voilà tes vassaux libre, sans entrave pour retravailler...et toi tu aura à nouveau un cordonnier pour te chausser...un boulager pour t'en fariner,un plombier pour te déboucher...un gentil pour t'aigailler...

Mais si tu recommence, le roseaux pourrira à ton pied  et te fera coulé à l'infini...et A dieu l'ami...

Le roi changa et tous le monde en bénéficia...

Philémon Bissig

 

Les commentaires sont fermés.