22/01/2009

Bien - Mal qui ne sera pas pris

Chiffres redoutables

 

Plus de huit mille fonctionnaires du canton sont des frontaliers. Quarante six mille autres riverains de la Genève  y travaillent.

C’est une preuve d’ouverture ? Encore une fois au détriment des 16000 résidents chômeurs.

 Cette petite éclaboussure de chiffre livré par un parti de droite, est  connue de tous les politiques.

 


Chiffres redoutables

 

Plus de huit mille fonctionnaires du canton sont des frontaliers. Quarante six mille autres riverains de la Genève  y travaillent.

C’est une preuve d’ouverture ? Encore une fois au détriment des 16000 résidents chômeurs.

Cela n’est pas de l’équité   c’est plutôt du bilatéralisme à sens unique !!!

 

Regardé dans plusieurs branche professionnels l’embauche se fait au détriment des valeurs humaine, l’aspect financier est la principale priorité donné par les directeurs.

 

Cette petite éclaboussure de chiffre livré par un parti de droite, est  connue de tous les politiques.

Ces politiques qui ont œuvré, pendant leur mandat, à des nominations au comptoir à des fins bien calculé.

 

Expérience faite, vouloir travailler a côté, n’es pas aussi simple que ça. Une petite procédure qui varie entre quinze jours et un mois. Et souvent l’échec.

Par contre l’inverse s’appel « clic »et l’embauche est très rapide.

 

Mais le pire c’est l’emploi dit de fonctionnariat,

-         Nous sommes dirigés par des frontaliers crénom de sort .Dit soudain mon voisin.

-         Ah bon ! c’est plus les Valaisans et Fribourgeois. Lui glissant un sourire en le questionnant.

-         Non…Eux… y…timbres avec la langue

 

 

PH.M.B.

Commentaires

Il n'y a qu'à taxer les entreprises qui emploient des gens qui habitent à plus de vingt kilomètres. Si elles n'emploient pas pour autant plus de résidents genevois, cela fera de l'argent, utile déjà pour les transports en commun. Ce serait la taxe de déplacement provoqué.

Écrit par : Rémi Mogenet | 23/01/2009

Les commentaires sont fermés.