30/12/2008

radio pirate

Pirate Radio / FM

 

 

Le Souhait de Leueuberger

 

 

Décidément la langue française n’a pas la même compréhension, pour le ministre suisse de la communication, et, un simple quidam.

En effet avant la prise des décisions pour l’octroi des concessions radio. Il avait déclaré aux médias sont goût radiophonique, « Je regrette sur la bande FM  le genre et style des radio pirate.»

 

Les radios actuels basés sur la commercialisation à outrance, lui faisait regretter, « l’instinct, l’improvisation, le réel, » de la grille d’une radio pirate.

Ce genre de radio qui donne dans l’instinct, mère de toute la libéralisation de la Bande FM.

Pas formaliste dans  l’information, dénonçant les abus des sujets, et, transmettais la  réalité avec les auditeurs par différents concepts d’émissions ouverte.

 

Et Oui !  Genève avait sa radio pirate en 1975.

 

D’ailleurs ceux qui étaient contre ce genre de liberté radiophonique, maintenant  détiennent les concessions. Ceux là même, qui a force d’épuisé le bénévolat, pour asseoir leur carrière, ont cassé le monde de la création intuitive.

Les directeurs sont  l’écran des décideurs dans les médias à l’heure actuel d’où mon fort doute sur la réalité de la liberté d’expression.

 

Les résultats  pour l’octroi des droits d’émettre, ne montre pas un choix  qui ressemble  aux pensées, du chef de la communication Suisse.

Les gagnantes sont très attachées  aux mondes politique, économique, et /ou religieux…avec des animations qui se rapproche de l’humour du Lieutenant du film « Good Morning Vietnam ».

 

La preuve : La demande de repêchage d’une radio à Genève, qui n’a de créatif que la simple copie des six autres radios commerciales du bassin lémanique. A vu le squatte de sa longueurs d’onde par ceux qui aurait du soutenir la radio d’un collectif.

 

Le choix : Porté sur l’information et le commerciale comme ont le constate pour Genève et ailleurs, zut…

Fin pour radio Meyrin : qui se rapproche plus des auditeurs du  terroir, animé de réalité.

 

Frime  Monopole : pour ces habitués du perchoir à crachoir qui aime s’entendre parler du vide.

 

Philémon Bissig

Concept FM Genève

08:53 | Tags : zut | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

un truc que je ne comprend pas
c'est pourquois on a pas profité du passage au numérique pour
metre a dispo des cannaux

en suisse au contraire le la France la TNT est un gros flop !
pleins de cannaux dispo dessus mais rien a se metre sous la dent !
il y a pas que la SSR M.!
et on parie ? la radio numérique ce seras pareil !

il y a vraiment des manches a berne !

Écrit par : jeangeneve | 30/12/2008

.

Écrit par : jeangeneve | 30/12/2008

le numérique ouais une technique, mais rien se mettre sous la dent c'est vrai. la radio depuis les années trente c'est du formatage point.
La créativité a déjà prouvé que la radio est un accompagnateur.
donc acte......philémon

Écrit par : philemon | 30/12/2008

Il n'existait aucunes fin commerciale dans les radios libres?

Écrit par : Paul | 09/12/2009

PAUL;
bien sur, des radios libres avaient des fin commerciale, mais elle furent vite identifiable. Les gros groupes et les sociétés à très fort pourvoir d'achat et de dirigisme par là même, ont fait de ce nouveau moyen leur appartenance et
l'artisan ne pouvais pas régater dès lors avec des tarif sélectif.
D'où la fin philosophique de l'idée radio libre.....
Philemon

Écrit par : philemon | 10/12/2009

PAUL;
bien sur, des radios libres avaient des fin commerciale, mais elle furent vite identifiable. Les gros groupes et les sociétés à très fort pourvoir d'achat et de dirigisme par là même, ont fait de ce nouveau moyen leur appartenance et
l'artisan ne pouvais pas régater dès lors avec des tarif sélectif.
D'où la fin philosophique de l'idée radio libre.....
Philemon

Écrit par : philemon | 10/12/2009

Les commentaires sont fermés.